| | Radar

Neuralink, un effet d'annonce d'Elon Musk?

Prédiction des mouvements du cochon en fonction de ses signaux cérébraux | Neuralink

Bientôt, pourra-t-on décrypter et retraiter à loisir les signaux cérébraux, grâce à des interfaces cerveau-machine, et «guérir» certaines maladies neurologiques, voire élucider la nature de la conscience? C’est la promesse implicite de Neuralink, un implant cérébral connecté dont Elon Musk ambitionne de faire le «Fitbit de la boîte cranienne». L’entrepreneur a présenté un point d’étape sur le projet le 28 août dernier. Ce dernier s’appuie désormais sur une batterie rechargeable sans contact, qui dispose de 24h d’autonomie. Selon le MIT Technology Review, de telles promesses seront difficiles à tenir.

Faut-il y voir un effet d’annonce? Le système présenté par Elon Musk a été testé sur deux cochons. L’idée: qu’il puisse être un jour utilisé sur des patients paralysés pour les aider à remarcher, par exemple, même si la firme n’a à ce stade pas explicitement communiqué sur sa volonté de lancer un essai clinique chez l’homme. Il s’agit plus d’une avancée technologique que conceptuelle, même si celle-ci est prometteuse, souligne Sciences et Avenir. Interrogé par le média spécialisé, le Pr Grégoire Courtine, de l’EPFL, rappelle que son équipe avait déjà démontré une preuve de concept similaire sur des primates en… 2016. Quant à l’usage de telles technologies pour le seul agrément personnel, en l’absence de problème médical, c’est pour l’heure inenvisageable, ces interventions restant invasives, avec un risque infectieux non négligeable.

link

A lire sur le MIT Technology Review et Sciences et Avenir

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi