| | Vidéo

VIDÉO - La théorie du chaos expliquée par Jurassic Park et le mathématicien Etienne Ghys

Heidi.news est partenaire média du colloque Wright, consacré cette année aux mathématiques, qui se tient du 2 au 6 novembre 2020, et où intervient le mathématicien Etienne Ghys. Conférences uniquement en ligne sur www.colloquewright.ch.

«Un battement d'ailes de papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas?» Dans le célèbre film Jurassic Park, le personnage Ian Malcom fait référence à une citation attribuée au météorologue Edward Lorenz. Cette métaphore a popularisé une théorie mathématique qu’on appelle aujourd’hui la théorie du chaos, selon laquelle des petites causes peuvent avoir de grands effets imprévisibles.

Dans cet épisode de PopScience, l’émission de Heidi.news qui explique la science par la pop culture (voir la vidéo ci-dessus), le mathématicien Etienne Ghys explique pourquoi cette image est trompeuse: la théorie du chaos est bien plus que cela!

Le chaos dans la vie. Le mathématicien, directeur de recherche au CNRS (France), professeur à l’École normale supérieure de Lyon et membre de l’Académie française des sciences, rappelle tout d’abord la grande banalité du phénomène:

«Dans la vie, une petite cause peut avoir de grands effets. Tout le monde le sait, il n’y a pas besoin d’en faire une théorie mathématique. C’est ce qu’il se passe dans la vie quotidienne. Imaginez: vous attendez le bus, vous ratez le bus… mais grâce à cela, vous aurez rencontré votre future femme!»

Etienne Ghys reprend: «Mais cela n’aura changé que votre vie à vous! En termes statistiques, ça ne change rien à la moyenne des personnes qui se marient chaque année.»

La théorie du chaos. Elle est souvent mal comprise, explique le mathématicien. Et cela a commencé par l’origine même de cette histoire de papillon et d’ouragan…

«Qui peut croire que le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut provoquer un ouragan au Texas? Historiquement, ce n’est même pas Edward Lorenz qui a dit ça! L’histoire, qui remonte aux années 1960, est un peu plus compliquée: il était invité à donner une conférence. Il devait envoyer le titre aux organisateurs, mais il a trop tardé. C’est alors l’organisateur du colloque qui a choisi ce titre à sa place.»

Selon Etienne Ghys, cette formulation ne reflète pas du tout la pensée du météorologue. «Lorenz n’a jamais pensé comme ça. Dans l’article qui suit, il produit une citation très différente: si un battement d’ailes d’un papillon peut provoquer un ouragan, la même chose est vraie pour les autres battements d’ailes du même papillon, mais aussi des millions d’autres papillons, sans parler de l’influence de l’activité des innombrables créatures plus puissantes, comme les hommes, par exemple.»

Les applications. Dans ces conditions, à quoi sert la théorie du chaos? A la prévision à long terme, explique Etienne Ghys.

«La théorie du chaos a un côté négatif et un côté positif. Le négatif, c’est de ne pas savoir s’il va pleuvoir tel jour à tel endroit, par exemple Plainpalais à Genève, dans trois ou quatre semaines.

En revanche, la théorie du chaos a des aspects extraordinairement constructifs si on ne pose pas des questions trop précises. Ce qui intéresse un agriculteur, ce n’est pas de savoir s’il va pleuvoir tel jour: c’est de savoir si l’année sera sèche ou humide en moyenne. C’est toute la différence entre météorologie et climatologie.»

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi