| | Idées

La Suisse romande prise au piège de l’académisation

Rudolf Strahm

Rudolf Strahm est économiste et politicien, membre du parti socialiste. Conseiller national de 1991 à 2004, il a été Surveillant des prix, fonction plus connue sous l’appellation «Monsieur Prix», de 2004 à 2008. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont «Le mirage des longues études», publié en français en 2016 aux Editions Slatkine. Cette tribune a paru en allemand dans le Tages-Anzeiger du mardi 11 août.

Le chômage provoqué par la crise du coronavirus est loin d’avoir atteint son point culminant. La situation est particulièrement dramatique pour les jeunes. Car il n’y a pour eux rien de plus humiliant que le sentiment de ne pas être utile.

La crise actuelle met à nouveau en lumière le vieux «Röstigraben» du système suisse d’éducation, qui se manifeste par un clivage de l’employabilité. La Suisse romande, où l’on cultive moins la formation professionnelle, accuse une nette baisse du nombre de places d’apprentissage et voit le chômage des jeunes augmenter de manière plus marquée.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi