| | News

Une intelligence artificielle lausannoise évalue les articles scientifiques

Depuis sa création par Kamila Markram en 2007, Frontiers a augmenté ses effectifs à 700 personnes./Frontiers

Depuis trois ans, Frontiers, un éditeur scientifique basé à Lausanne, développe une intelligence artificielle (AIRA) destinée à aider les experts qui examinent la qualité des articles de recherche avant leur publication. Le but est de repérer des erreurs, des fraudes comme le plagiat ou des conflits d’intérêt chez les auteurs. Créée à Lausanne en 2007, la start-up a publié 150’000 articles qui ont été consultés ou téléchargés gratuitement plus d’un milliard de fois. Elle emploie 700 personnes dans ses bureaux en Suisse, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Chine, en Inde et aux Etats-Unis.

Pourquoi on en parle. Déjà phénoménale, la quantité d’articles scientifiques publiés a encore été multipliée pendant la crise du coronavirus. Une urgence illustrée par un temps médian ramené à 6 jours entre la réception d’un article lié au Covid-19 et son acceptation selon une étude publiée par Nature.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi