| | question

Qu'est-ce que je risque dans une mousse-party sur la plage cet été?

Cet été, le coronavirus part en vacances avec nous. Sur la plage, à la montagne, au camping, à l'heure de l'apéro... Il va tenter de s'incruster dans nos valises et nos muqueuses. Heidi.news démêle le vrai du faux des questions que l'on se pose sur les vacances et le coronavirus en 25 questions.

Les envies de fêtes arrivent avec l’été. Mais avec l’épidémie de coronavirus, un jeune homme se demande:

«Je n’ai pas trop envie d’aller en discothèque, mais j’aimerais savoir si les fêtes en plein air, genre mousse party, représentent un risque moindre de transmettre le virus? Et si la mousse utilisée est un vecteur possible?»

La réponse de Lorène Mesot, journaliste au Flux Santé, et de Kylian Marcos, journaliste vidéaste. «Il n’y a pas de raison de ne pas s’amuser», avance Karine Lacombe, infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine de Paris. Elle nous explique, dans une interview vidéo, ce qu'il faut savoir avant de se lancer sur le dancefloor.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi