| | Radar

Le vaccin russe contre Covid-19 se dévoile un peu plus

Pixabay / Janjf93

Prometteur, le Spoutnik V? Les premières données cliniques ont été publiées le 4 septembre dans le Lancet et permettent d’en savoir un peu plus sur mystérieux candidat vaccin russe contre Covid-19. Sur le site The Conversation, la biochimiste et vaccinologue Anne Moore (University College Cork) interprète ces données d’essai sur 76 sujets: le produit semble bien toléré et induire une réponse élevée en anticorps – mais la capacité de ces derniers à neutraliser le virus reste soumise à caution. L’universitaire estime que le candidat russe est à peu près au même degré d’avancement que ses compétiteurs occidentaux et chinois, avec les mêmes incertitudes: l’efficacité réelle et la tolérance à grande échelle, y compris chez les personnes vulnérables. C’est l’objet des essais de phase 3 en cours en Russie, et bientôt dans des pays comme les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et les Philippines.

Pourquoi c’est notable. L’annonce de l’homologation anticipée du vaccin contre Covid-19 développé par la Russie, le 11 août dernier, avait suscité une vague de scepticisme: non seulement l’annonce paraissait grandement précipitée, mais les premiers résultats cliniques n’avaient même pas été rendus publics. C’est désormais chose faite mais le Spoutnik V, développé à l’institut fédéral Gamaleya et fondé sur une technologie proche du candidat d’AstraZeneca (des vecteurs à adénovirus), doit encore faire ses preuves. Difficile, dans ces conditions, de ne pas interpréter l’homologation précoce de ce candidat expérimental comme une affirmation de puissance de la part de Moscou.

link

A lire sur The Conversation (EN)

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi