| | News

Comme attendu, le canton de Vaud renforce ses mesures dès dimanche 25 octobre

Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois. | Keystone / Laurent Gilliéron

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement de tous nos lecteurs, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie en cours. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

«Nous vivons une situation extraordinaire… pour la deuxième fois.» C’est en ces termes que Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois, a ouvert la conférence de presse de ce 23 octobre à Lausanne. Un préambule à l’annonce d’un train de nouvelles mesures qui touchent de nombreux secteurs: espaces accessibles au public, transports publics, rassemblements, restaurants et bars, manifestations privées et publiques, télétravail, marchés, zones à forte affluence, sports et écoles.

Pourquoi c’était attendu. Au lendemain de la prise de position des cantons latins demandant un renforcement des mesures, il était logique que le Conseil d’Etat vaudois presque in corpore présente un nouveau dispositif pour «protéger la population tout en préservant une vie économique et sociale». Leur but: réussir à infléchir la courbe épidémique actuelle. Revue de détail des mesures qui entreront en vigueur dimanche.

Les mesures. Elles diffèrent légèrement de celles prises en Valais, et paraissent moins sévères. Ainsi, théâtres, cinémas et lieux culturels restent ouverts, mais doivent se doter de plans de protection stricts et ne doivent pas dépasser 1000 personnes. Les discothèques restent fermées, mais bars et restaurants restent ouverts, avec fermeture pour tous à minuit. Les manifestations de plus de 1000 personnes sont interdites. Le masque fait également son entrée à l’école obligatoire, pour le secondaire I.

  • Au niveau sanitaire. Le CHUV a «atteint le même niveau d’occupation qu’à la mi-mars», selon Rebecca Ruiz, cheffe du Département de la santé et de l’action sociale. La prise en charge de tous les malades dans le système hospitalier vaudois est néanmoins toujours garantie, mais il a été décidé de réduire de 30% l’activité élective du CHUV. Traduction concrète, pour Rebecca Ruiz:

«Dès lundi 26 octobre, cinq salles d’opération seront fermées et les interventions prévues seront reportées.»

Dans les 180 EMS et établissements pour personnes handicapées (ESE) que comptent le canton, 18 EMS et 4 ESE comptent des cas Covid-19 positifs.

Les effectifs du centre de traçage des contacts vont être drastiquement renforcés pour atteindre si possible 200 collaborateurs d’ici la fin du mois de novembre (125 actuellement). Pour y arriver, 48 candidats sont auditionnés chaque semaine. La protection civile est également mise à contribution avec 300 civilistes engagés en renforts.

Les personnes testées positives recevront désormais un SMS pour les avertir. Rebecca Ruiz:

«Il s’agit de ne pas perdre de temps précieux puisque nous ne pouvons plus appeler tout le monde. Actuellement, nous accusons un retard, parfois de 48 heures, pour prévenir les personnes positives par téléphone. Grâce au système de SMS, on espère pouvoir interrompre les chaînes de transmission du virus plus rapidement.»

  • Au niveau économique et sportif. C’est Philippe Leuba, chef du Département de l’économie, de l’innovation et du sport, qui a présenté les nouvelles dispositions.

    • Bars, cafés et restaurants doivent tous fermer à minuit.
    • Le port du masque est obligatoire dans tous les commerces, sans exception.
    • Le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics fermés: bibliothèques, théâtres, cinémas, concerts, guichets de l’administration publique, etc.
    • Le port du masque est obligatoire dans les marchés (alimentaires et non alimentaires) et dans les zones urbaines à fortes fréquentation.
    • Les manifestations privées de plus de 10 personnes sont interdites (mariage, anniversaire, baptême, fêtes).
    • Les manifestations publiques de plus de 1000 personnes sont interdites.
    • Les sports de contacts sont interdits au niveau amateur, sauf pour les mineurs. Cela va du football à la danse de salon en passant par le hockey, le basket, les arts martiaux, etc.
    • Les organisateurs de manifestations accueillant entre 300 et 1000 personnes doivent élaborer un plan de protection.
  • Au niveau scolaire. Le masque fait son entrée à l’école obligatoire pour les niveaux du secondaire I (de la 9e à la 11e année). Cesla Amarelle, cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture:

«Dès lundi 26 octobre, ces élèves devront porter un masque en classe, dans le périmètre scolaire, dont les cours de récréation et les préaux, et lors de tout déplacement. La semaine prochaine, il sera fourni deux masques par jour aux élèves, mais dès le 2 novembre, cet équipement sera à la charge des parents.»

Les camps sont par ailleurs annulés jusqu’à la fin de l’année scolaire 2020-2021. «Des foyers d’infection ont été constatés dans ces camps, reconnaît Cesla Amarelle. Il nous est désormais impossible d’y garantir le respect des plans sanitaires de manière sérieuses». Les camps sportifs et de ski sont ainsi annulés, ainsi que les voyages d’études.

La ministre cantonale table également sur une augmentation des infections chez les enseignants et a donc activé un plan de continuité pour les remplaçants. Le but ici est de garantir la poursuite de l’enseignement et de faire en sorte que l’année scolaire en cours ne soit pas perdue. Pour ce qui est des universités et hautes écoles, les cours magistraux devront se faire à distance, tandis que les cours pratiques à effectifs réduits pourront se poursuivre.

Le but visé. Face à la montée «en flèche» du nombre de nouveaux cas, Nuria Gorrite a expliqué qu’il était nécessaire d’agir. Au niveau professionnel, le télétravail doit être favorisé partout où c’est possible et les mesures doivent permettre «d’aplatir la courbe». Nuria Gorrite:

«Face à la situation, nous évoluons sur une ligne de crête entre la protection de la population et le maintien d’une vie sociale. Les mesures prises aujourd’hui par le canton de Vaud sont circonscrites et visent à préserver les libertés individuelles. Ce n’est pas la peur qui nous guide, mais notre responsabilité vis à vis de la population.»

La présidente du gouvernement vaudois estime que la situation actuelle ne permet pas d’en définir la durée:

«Nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui de dire quand ce dispositif prendra fin, mais nous nous engageons à le monitorer et à publier régulièrement les données récoltées.»

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi