| | Idées

«Après le masque jugé liberticide, les feux rouges seront-ils également remis en cause?»

Jean Martin

Le Dr Jean Martin est ancien médecin cantonal vaudois. Face au scepticisme d’une partie de la population concernant le port obligatoire du masque, il s’irrite d’un discours qu’il estime inconséquent. 

De plus en plus de personnes en Suisse et à l’étranger manifestent contre l’obligation du port du masque dans les transports publics et les commerces, alléguant qu’il y a là une mesure autoritaire excessive des pouvoirs publics fédéraux ou cantonaux. Les idées libertaires ou complotistes font florès.

Au cours de ma carrière de médecin de santé publique, j’ai été témoin de plusieurs combats relatifs aux restrictions de la liberté, introduites au nom de la protection de la santé et de la vie. Lors des votations fédérales sur le port obligatoire de la ceinture de sécurité en 1980, j’ai pris quelques risques en m’engageant en faveur du port obligatoire de la ceinture, alors que les politiques et le peuple étaient majoritairement contre en Suisse romande. Les moins jeunes parmi nous se souviendront de la vivacité des échanges où même des médecins s’opposaient à cette mesure préventive qui allait pourtant éviter 200 décès sur la route par année et autant de polytraumatismes majeurs.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi