| | news

Avec 1000 places en moins, Genève mauvais élève de l'apprentissage face à la crise

Une apprentie cordonnière. | KEYSTONE/Ennio Leanza

En Suisse, pays de la formation professionnelle par excellence, deux jeunes sur trois optent pour un apprentissage après l’école obligatoire, selon l’Office fédéral de la statistique. Or avec la crise économique et les difficultés des entreprises, le danger de voir les apprentis rester sur le carreau est vite devenu une préoccupation majeure.

Pourquoi on en parle. Dans un premier bilan communiqué par la Confédération, il apparaît que le marché est resté relativement stable. A fin mai, 48'000 contrats d’apprentissage avaient été signés dans toute la Suisse, soit une diminution de 4% par rapport à la même période de 2019. Ces chiffres masquent toutefois des réalités cantonales contrastées. Genève est le canton le plus touché.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi