Image d'illustration | KEYSTONE

Sexe, genre... pourquoi la science n'a pas toujours de réponse claire

A l'occasion de la grande exploration de Heidi.news sur la fluidité de genre, nous avons enquêté sur la façon dont les notions de sexe biologique et de genre se répondent dans leur construction scientifique.

Homme, ou femme? Nous vivons une époque où les cloisonnements entre ces identités ont gagné en porosité. Au-delà du sexe biologique, on parle désormais aussi de genre, concept qui désigne toutes les caractéristiques liées au masculin ou au féminin qui ne relèvent pas de la biologie mais de la construction sociale. Mais deux catégories suffisent-elles pour refléter la diversité du développement sexuel naturel? Le genre est-il le reflet du sexe? Nous avons enquêté sur ce que disent les sciences, aussi bien humaines que biomédicales, sur ces questions. Et sur les façons dont ces deux champs se répondent.

Pourquoi c’est passionnant. On peut être tenté de céder à la binarité: soit l’on naît fille, soit l’on naît garçon, et l’éducation et la socialisation prodiguées à l’enfant parachèveront au fil des années une identité de genre ancrée dans le corps. Mais les choses ne sont pas aussi simples! D’une part parce que le sexe biologique n’est pas toujours si facile à déterminer à la naissance par le corps médical. D’autre part, les normes de genre, entre déconstruction des rôles traditionnels sexués et mise en lumière des enjeux de pouvoir dans la société, sont désormais interrogés par les sciences humaines, notamment à travers les études de genre.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous