Image d'illustration | Domaine public

Comment les études de genre se sont imposées dans le champ universitaire

A l'occasion de l'exploration de Heidi.news sur la fluidité de genre, nous revenons sur la naissance des études de genre en tant que domaine universitaire.

«On ne naît pas femme: on le devient», écrivait Simone de Beauvoir. Il y a donc le sexe biologique, et puis il y a aussi le genre, sa déclinaison socialement construite, comme nous l’expliquions dans un précédent article. Cette notion a souvent été mal comprise. Car il n’existe pas «une» théorie du genre, comme l’avancent ses détracteurs, mais un champ universitaire entier, parcouru différentes théories, avec leurs limites et leurs clivages respectifs.

Pourquoi on en parle. Les études de genre sont un domaine de recherche pluridisciplinaire, qui mêle notamment anthropologues, sociologues, philosophes et historiens. Relativement récent, il s’est lentement taillé une place parmi les sciences humaines au cours des dernières décennies. Et y a progressivement gagné sa légitimité au sein des universités.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous