| | News

Une «low tech» romande pour tuer le coronavirus dans les avions et les trains

En juillet dernier, Uveya a testé son robot de désinfection par ultraviolets dans un train et s'apprête à le faire dans un avion. Photo: Uveya

Cet article est extrait de notre newsletter quotidienne «Sortir de la crise», inscrivez-vous, c'est gratuit.

D’ici quelques jours, un Boeing parqué sur l’aéroport de Zurich Kloten va faire l’objet d’un test original: la désinfection du coronavirus par un robot équipé de lampes à ultraviolet . Enfin un robot… En l’espèce, il s’agit surtout d’un treuil qui tire un chariot supportant un assemblage de lampes UV-C, des ultraviolets dont les longueurs d'ondes sont très courtes et par conséquent extrêmement énergétiques. Disposées en forme de H ces lampes illuminent le plus possible de surfaces pour y éliminer les virus.

Contrairement à d’autres, tels ceux développés par les entreprises romandes Rovenso et Bluebotics pour d’autres marchés, ce «robot» UV-C n’a ni capteurs ni laser Lidar ni intelligence artificielle ni logiciels de navigation sophistiqués. Ses concepteurs n’ont pas cherché à réaliser une prouesse technologique mais à utiliser des technologies courantes, des «low tech», pour s’assurer avant tout que le prix de cette machine soit compétitif.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi