| | News

Trois années sanglantes attendent les rédactions de Tamedia

Durant le semi-confinement, l'effondrement des recettes publicitaires s'est révélé vertigineux. Keystone / Laurent Gillieron

Cet article est extrait de notre newsletter quotidienne «Sortir de la crise». C'est gratuit, inscrivez-vous!

70 millions de francs, ou 15% des coûts. C’est le montant sans précédent des économies que subiront, lors des trois prochaines années, les rédactions de Tamedia, première entreprise de presse suisse. La sentence a été prononcée mardi 25 août par le président du conseil d’administration, Pietro Supino, lors de la publication des résultats semestriels de TX Group, dont fait partie Tamedia (24Heures, la Tribune de Genève, Tages-Anzeiger, etc.). «Cette mesure est malheureusement incontournable», a fait valoir l’éditeur alémanique, au vu de l’effondrement des recettes publicitaires.

Pietro Supino précise que cette «réduction (…) des coûts», qui était planifiée avant la crise du coronavirus, sera élaborée «en collaboration avec les partenaires sociaux», formule qui laisse entendre le pire. Combien de personnes seront touchées? Dans quels titres, quelles régions? Pour obtenir une réponse à ces questions, il a fallu assister à une seconde conférence téléphonique, animée par Marco Boselli et Andreas Schaffner, co-directeurs de Tamedia.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi