| | Interview

«Les technologies numériques peuvent faire partie de la solution pour le climat»

Heidi.news est partenaire du cycle de conférences «Parlons numérique», organisé entre septembre et décembre 2020 par l’Université de Genève.

Des technologies numériques qui aident les politiques climatiques. Une empreinte écologique du numérique qui constitue une menace alarmante pour l'environnement. Ce sont quelques-uns des défis qui seront abordées lors de la deuxième session du cycle de conférences "Parlons numérique" de l'Université de Genève.

Oratrice invitée, la directrice du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT, Doreen Bogdan-Martin, lancera la conférence sur le numérique et l’environnement. Afin de comprendre le travail initié par le Bureau pour faire face aux défis du changement climatique, Bogdan-Martin nous aide à naviguer au travers d’un débat complexe mais nécessaire.

Quels sont les principaux défis actuels en termes de technologies numériques, de votre point de vue?

Les technologies numériques sont essentielles pour accélérer la réalisation de l'Agenda 2030 pour le développement durable. Les technologies de l'information et de la communication (TIC) facilitent l'accès à l'information et à la connaissance, simplifient la mise à disposition de services essentiels et permettent une participation sociale et économique. Bien que les TIC soient reconnues comme un moteur de développement, de nombreuses personnes dans le monde ne profitent pas suffisamment des possibilités offertes par les technologies numériques.

Les services numériques évoluent, et l'innovation offre des opportunités. Des voitures intelligentes aux villes intelligentes, nous vivons dans un monde où des produits, des services et même des industries entières font un usage novateur des TIC. Le potentiel est énorme. Mais le réaliser et construire une société compétente sur le plan numérique pose toute une série de défis pour la technologie, la politique, la société, la réglementation et les entreprises. Les technologies numériques exigent une répartition équitable et significative des ressources, une connectivité fiable, ainsi que le respect de la vie privée et la sécurité. Aujourd'hui, 3,6 milliards de personnes sont encore hors ligne. Les recherches de l'UIT montrent que si près de 87% des personnes sont connectées dans le monde développé, dans les 47 pays les moins développés, à peine 1 personne sur 5 est connectée. En outre, la capacité des pays et des parties prenantes à maîtriser les transformations numériques varie considérablement. La pandémie COVID-19 a non seulement mis en évidence le rôle essentiel des TIC dans le fonctionnement de la société, mais également l'ampleur de la «fracture numérique» dans l'accès et l'utilisation des infrastructures, outils et plateformes numériques.  Nous devons nous efforcer de surmonter les inégalités croissantes, y compris celles entre les femmes et les hommes, les jeunes et les moins jeunes, ainsi que les zones urbaines et rurales.

Comment les TIC peuvent-elles avoir un impact négatif sur les défis climatiques?

Alors qu’un nombre croissant de personnes est connecté, nous constatons une augmentation du trafic de données, de la demande de services numériques, de centres de données et d'autres équipements TIC gourmands en énergie. Notre société numérique croissante se traduit par une empreinte carbone et des déchets de plus en plus importants, avec de graves répercussions sur l'environnement.

Il est important de suivre de près la croissance afin de peser les avantages et les coûts des TIC. On estime que l'écosystème des TIC est responsable de plus de 2% des émissions mondiales de CO2. Les émissions directes proviennent de leur fabrication et de la consommation d'énergie lors de leur utilisation et de leur élimination.

L'UIT dispose d'un large éventail d'activités pour cartographier et réduire au minimum l'empreinte carbone des TIC.  Cela comprend l'élaboration de normes visant à réduire les déchets électroniques, ce qui contribue à accroître le taux de recyclage des déchets électroniques à l'échelle mondiale et à augmenter le nombre de pays qui disposent d'une législation sur les déchets électroniques. Le rapport 2020 Global E-waste Monitor des Nations Unies souligne que la manière dont nous produisons, consommons et éliminons les équipements électriques et électroniques, tels que les ordinateurs et les téléphones portables, n’est plus durable. Les e-déchets contiennent des substances nocives telles que les chlorofluorocarbures. S'ils ne sont pas gérés de manière écologique, ils peuvent avoir un impact négatif sur la santé humaine et l'environnement.

Comment les TIC peuvent-elles contribuer à faire face au changement climatique?

La récente publication de l'UIT intitulée «Technologies d'avant-garde pour protéger l'environnement et lutter contre le changement climatique» décrit comment les technologies numériques peuvent contribuer à un avenir plus durable. Si elles sont développées et déployées en tenant compte de leur impact sur la société et l'environnement, les technologies numériques sont des outils puissants qui ont un effet transformateur sur les objectifs de développement durable. Bien qu'elles soient la source de consommation d'énergie qui connaît la croissance la plus rapide, elles peuvent améliorer l'efficacité énergétique, ainsi que d'autres processus, contribuant ainsi à un avenir moins pollué par le carbone. Les TIC ont le potentiel de faire partie de la solution pour répondre aux préoccupations climatiques les plus urgentes, et de permettre la transition nécessaire vers une économie circulaire.

La surveillance du climat nous aide à comprendre et à interpréter les changements récents, tout en considérant les variations futures. Les technologies numériques permettent de s'attaquer aux causes profondes du changement climatique, en réduisant par exemple les émissions de gaz à effet de serre nocifs comme le dioxyde de carbone et le méthane. En outre, les TIC peuvent servir à aider les pays et les communautés à s'adapter au changement climatique en réduisant les risques et en tolérant les effets liés aux conséquences de celui-ci. Les TIC, comme la télédétection et les systèmes d'information géographique par exemple, permettent d'évaluer les risques. Elles contribuent également la mise en place de plans d'urgence pour une prise de décisions plus éclairées. En cas de catastrophe, elles sont essentielles à la transmission de messages d'alerte aux personnes à risque.

Quelles initiatives ont été prises par l'UIT avec des résultats positifs?

L'UIT continue de sensibiliser au rôle des technologies numériques dans la surveillance, l'atténuation et l'adaptation au changement climatique. L’organisatioin a par exemple aidé les pays à mettre en place des systèmes d'alerte précoce multirisque afin d'être mieux préparés aux effets du changement climatique. Elle développe également des activités qui visent à protéger la santé humaine et l'environnement en s'attaquant au problème des déchets électroniques. Le Partenariat mondial sur les statistiques relatives aux déchets électriques et électroniques(Global E-Waste Statistics Partnership) élabore par exemple des lignes directrices sur les déchets électroniques pour aider les pays à identifier les politiques les plus adaptées, et travaille à l'amélioration des données mondiales à disposition.

En outre, son engagement auprès de ses membres permet l’élaboration des normes techniques et écologiques en vue d’un déploiement coordonné et durable des TIC et des technologies numériques.

Récemment, l'UIT a imaginé une norme historique dont le but est de contribuer à l’alignement de la trajectoire des émissions du secteur des TIC sur les objectifs fixés dans l'accord de Paris. Une action très utile pour les membres du secteur qui souhaitent respecter le scénario de 1,5 °C fixé.

Que reste-t-il à faire ?

Le changement climatique et la numérisation ont tous deux un impact considérable sur les vies, et l'interaction entre les deux phénomènes est essentielle. Le dialogue entre les spécialistes du numérique, les décideurs politiques et les experts environnementaux permet la recherche de solutions TIC qui visent à atténuer les effets du changement climatique.

Il est nécessaire d’agir mieux et plus pour accélérer l'action en faveur du climat, aider les pays à limiter le changement climatique et permettre au monde d'atteindre les objectifs fixés par l'accord de Paris. Cela fait également partie intégrante de la réalisation de tous les objectifs de développement durable. La possibilité d'empêcher le réchauffement de la planète de dépasser 1,5 °C se rapproche très rapidement. Le changement climatique nous touche tous, y compris et surtout les pays les moins développés et les petits États insulaires en développement, où les investissements dans les infrastructures et les services numériques sont essentiels.

Il faut plus de preuves, d'analyses et de prévisions dans le cadre de nos efforts pour atténuer le changement climatique. Les technologies numériques peuvent soutenir la recherche à cet égard. Une gouvernance numérique et une innovation responsable sont nécessaires, en particulier en ce qui concerne la croissance rapide de technologies telles que l'intelligence artificielle et l'internet des choses. Les réflexions environnementales doivent être davantage intégrées dans la conception, le développement et le déploiement des technologies numériques.

Comment les TIC intègrent-elles les objectifs de durabilité ?

Lorsqu'elle est utilisée efficacement, la technologie apporte des solutions efficaces aux problèmes de développement. Les TIC peuvent contribuer à réduire la pauvreté et la faim, à stimuler la santé, à créer de nouveaux emplois, à atténuer le changement climatique, à améliorer l'efficacité énergétique et à rendre les villes et les communautés durables. Les technologies numériques peuvent par exemple offrir aux agriculteurs et aux acteurs du secteur agricole un meilleur accès aux ressources financières et améliorer leur capacité non seulement à surveiller mais également à réagir aux changements climatique et environnemental. Pendant la pandémie COVID-19, les TIC se sont révélées utiles pour diffuser des informations sanitaires cruciales au public, localiser les biens sanitaires essentiels et gérer les ressources de manière rapide et réactive.

La plateforme «Smart Villages» a été utilisée pour établir un service vocal interactif sur les questions liées au COVID-19 au Niger. Grâce à ce service, les citoyens ont pu accéder à des messages importants du ministère de la santé concernant la prévention et le diagnostic du COVID-19.

Comment les différents acteurs peuvent-ils devenir plus responsables et intégrer des valeurs durables dans leur développement technologique ?

Compte tenu de l'ampleur des défis, aucun acteur ne peut les relever seul. La coordination et la coopération internationales sont essentielles à l’intégration de valeurs durables dans la transformation numérique. La nouvelle feuille de route pour la coopération numérique du Secrétaire général des Nations Unies, que l'UIT soutient activement et aide à mettre en œuvre, constitue une étape importante pour parvenir à une meilleure coopération numérique au niveau mondial.

Une plus grande sensibilisation et une meilleure éducation aux valeurs durables, y compris les objectifs de développement durable, peuvent avoir un effet positif sur l'adoption par les parties prenantes d'un état d'esprit de responsabilité environnementale.

L'UIT continuera d'aider les états membres à exploiter le potentiel des TIC pour réaliser l'Agenda 2030 pour le développement durable et d'autres objectifs de développement convenus au niveau international. La réduction des déchets électroniques, des émissions et de la consommation d'énergie sont par exemple des actions essentielles de responsabilité environnementale pour tous. Cela nécessitera une action conjointe des décideurs politiques, des organisations multilatérales et du secteur des TIC pour atteindre la vitesse, l'échelle et la complexité des transformations nécessaires d'ici à 2030.

link

Infos et inscription à la Conférence «Parlons numérique» du mercredi 21 octobre 2020: Numérique et environnement / Digital and Sustainability

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi