| Idées

Ma rencontre avec Adèle Thorens, sénatrice mais pas notable

Géraldine Savary

Toutes les deux semaines, Géraldine Savary contribue à Heidi.news au travers d’une rencontre afin de dessiner, article après article, une constellation de personnalités dont le tracé serait totalement subjectif, aléatoire et transparent.

À l’issue de la dernière session parlementaire, les trois élues vertes romandes au Conseil des États ont publiquement affiché leur raz-le-bol face à l’attitude de certains de leurs collègues. La situation des nouvelles sénatrices, vécue péniblement dès le début de la législature, s’est embrasée lors du débat sur les initiatives populaires concernant l’interdiction des pesticides. Des pesticides aux pestiférées? Les médias Le Matin, L’Illustré, le Blick se sont interrogés. On a pu lire ces jeunes femmes raconter la misogynie et le paternalisme dont elles se sentent victimes.

Il m’intéressait de comprendre, avec Adèle Thorens, conseillère aux Etats vaudoise, ce qui s’était passé et aussi si cette prise de parole collective signait le début de nouvelles pratiques au Conseil des États. Nous, les femmes des législatures d’avant, n’avions jamais ainsi témoigné de ce que nous vivions (il faut dire que nous étions si peu).

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi