#économie de la santé


S'abonner
| | News

Le Conseil fédéral refuse de trancher sur le remboursement des soins liés au coronavirus

À l'Hôpital du Valais, une infirmière se prépare à effectuer un frottis. Mars,2020 | Keystone / Jean-Christophe Bott
| | Radar

Le directeur de l'Hôpital Riviera-Chablais démissionne sur fond de difficultés financières

Pascal Rubin lors de l'inauguration du centre hospitalier de Rennaz, le 29 août 2019. | Keystone / Cyril Zingaro
| | News

Près de trois milliards de pertes estimées pour les hôpitaux suisses

De nombreux lits sont restés vides suite à la suspension des activités électives. | Keystone / Anthony Anex
| | News

Un nouveau modèle pour soutenir financièrement les personnes placées en quarantaine

Image d'illustration. | Shutterstock / Stock-Asso
| | Radar

La faîtière des hôpitaux H+ ne veut pas d'une réforme qui pourrait fermer 120 hôpitaux

Hôpital du Jura bernois à Moutier. | KEYSTONE / Jean-Christophe Bott
| | Interview

Brigitte Rorive Feytmans, la femme qui a soigné les finances des HUG

Brigitte Rorive Feytmans a largement contribué à rendre les prestations d'intérêt général plus transparentes dans le canton de Genève. | HUG
newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | Idées

L'étatisation rampante du système de santé pourrait nous plonger dans une dystopie à la «Black Mirror»

Noémie Roten

Ces dix dernières années, le système de santé suisse a peu évolué. Il est surtout devenu hors de prix et l’un des plus chers au monde. Au point que les payeurs de primes ne pourront bientôt plus s’acquitter de leurs factures. Quel avenir pour un système qui menace d’imploser face à la charge qu’il représente? L’analyse de Noémie Roten, économiste de la santé et journaliste chez Heidi.news, apporte un éclairage passionnant.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | News

Alain Berset tape sur les doigts des assureurs santé

La loi interdit que les assurances annoncent le montant de leurs primes avant approbation de l'OFSP | Christian Beutler / Keystone