| | Radar

Un psychiatre condamné pour avoir surfacturé 2 millions de francs à l'assurance-maladie

Le psychiatre inculpé a fait disparaître la plupart des dossiers de ses patients. | Keystone / Christian Beutler

Seize heures de travail par jour, six jour par semaine. C’est ce qu'a encaissé durant huit ans un psychiatre condamné le 16 septembre par le tribunal d’arrondissement de Zurich, rapporte la NZZ. Le condamné, qui a facturé des prestations fictives à l’assurance-maladie pour au moins deux millions de francs, écope de 18 mois d'emprisonnement avec sursis pour escroquerie par métier et falsification répétée de documents. Il devra rembourser 1,3 million de francs aux assurances. Ses agissement seraient passés longtemps sous les radars, car le médecin s’occupait principalement de réfugiés et facturait directement à l’aide sociale.

Pourquoi c’est réjouissant. Les systèmes de détection des médecins qui surfacturent sont de plus en plus performants. Les assurances procèdent, chaque année, à des audits de performance de tous les praticiens indépendants. Sur les 18’500 praticiens que compte la Suisse, 1700 font l’objet d’examens approfondis, les assurances prennent en moyenne contact avec 400 d’entre eux pour des clarifications et négociations portant sur le remboursement des montants indûment perçus. Environ 70 affaires aboutissent chaque année devant les tribunaux. C’est dans le filet de ces contrôles qu’est tombé le psychiatre condamné. Une bonne nouvelle pour les payeurs de primes.

link

A lire dans la NZZ (DE)

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi