| | Radar

Trump met la pharma sous pression en agitant le spectre du contrôle des prix

Le gendre et conseiller du président Trump, Jared Kushner (à d.) souhaite que les pharmas augmentent leurs prix dans le reste du monde pour les baisser aux États-Unis. | Keystone / Anna Moneymaker

Dimanche 13 septembre, alors que l’attention est focalisée sur les incendies dans l’Ouest américain, le président Donald Trump a passé un ordre exécutif qui introduit le contrôle du prix des médicaments aux États-Unis. Il vise à forcer les fabricants à vendre leurs médicaments à Medicare, l’énorme assurance-santé des plus de 65 ans aux États-Unis, aux prix (moins élevés) pratiqués dans les autres pays. Dans un entretien à CNBC, le gendre et conseiller du président Jared Kushner défend cette décision. Une véritable bombe politique, contre laquelle les lobbyistes de l’industrie pharmaceutique luttent depuis des années, en raison de son effet dévastateur sur les profits du secteur.

En contexte. Ce n’est pas la première tentative de Donald Trump d’imposer un contrôle du prix des médicaments, mais c’est la plus conséquente. En effet, Medicare couvre 60 millions d’Américains. La liberté de prix des nouveaux médicaments aux États-Unis, présentée comme un gage d’innovation par l’industrie, permet aussi de fixer une première base de prix élevée pour l’homologation de nouveaux médicaments dans d’autres pays. Selon la Maison-Blanche, les marges de l’industrie pharmaceutique sont en moyenne quatre fois plus élevées aux États-Unis. De façon notable, cette annonce intervient cinq jours après que neuf patrons de l’industrie se sont engagés à ne pas précipiter l’enregistrement des vaccins contre Covid-19, alors que le président américain promet un vaccin avant l’élection du 3 novembre.

link

Voir l’interview de CNBC sur YouTube

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi