| | News

Que faut-il comprendre de la controverse sur la transmission aérienne de Covid-19?

Schéma issu de la lettre ouverte publiée le 6 juillet 2020 dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Dans une lettre ouverte publiée le 6 juillet 2020, 239 scientifiques demandent qu’on prenne au sérieux le potentiel de transmission aéroportée de Covid-19. Pour les signataires, experts en aérosols et qualité de l’air pour l’essentiel, la propagation du coronavirus via les microgouttelettes en suspension dans l’air est sous-estimée par les agences sanitaires, OMS en tête. Ils réclament des mesures visant à limiter ce type de propagation, grâce à de meilleurs systèmes de ventilation dans les lieux publics. En conférence de presse le 7 juillet, l’OMS a annoncé sa volonté de faire évoluer ses positions.

Pourquoi c’est une controverse. Les experts de l’OMS continuent à ce jour de défendre l’idée que Covid-19 se transmet principalement par les grosses gouttelettes expectorées par les malades (toux, postillons, éternuements), qui contamineraient d’autres individus ou les surfaces à proximité immédiate — moins de 1 ou 2 mètres. De là dérivent des mesures de protection comme la distanciation physique, ou le port du masque quand les distances ne peuvent être maintenues. En toile de fond se dessine un hiatus entre les spécialistes en santé publique et infectiologie, très représentés dans les agences sanitaires, et les experts en aérosols.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi