| | News

L'hydroxychloroquine inutile en prévention? Ce que dit l’étude nord-américaine

Pixabay / cromaconceptovisual

L’hydroxychloroquine, désormais réservée à un usage hospitalier strict, est-elle efficace pour prévenir les infections au nouveau coronavirus, comme l’affirment beaucoup des défenseurs de cette hypothèse? Les résultats d’un vaste essai nord-américain, piloté à l’université du Minnesota, ont été publiés le 3 juin dans le New England Journal of Medicine (NEJM), seulement deux jours avant que l’essai britannique Recovery ne jette l’éponge. Que peut-on dire de la qualité de ces résultats et de la portée des conclusions?

Pourquoi l’arrière-plan est sensible. Le débat sur l’hydroxychloroquine a acquis une telle charge polémique que chacune des études scientifiques sur la question se trouve prise dans un feu de critiques et de contre-critiques. L’étude nord-américaine n’échappe pas à la règle, après la rétractation récente de deux études du Lancet et du NEJM, et alors que Donald Trump lui-même a fait la publicité de la molécule en prévention.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi