| | radar

Les tracts des opposants masqués font réagir la Confédération

«L’obligation du port du masque est insensée et dangereuse.» Des tracts contenant ce message ont été affiché dans plusieurs endroits à Zurich le 11 juillet. Si l’action n’a pas été revendiquée, des QR codes renvoyaient au site «Swiss policy research», qui considère l’obligation du port de masque dans les transports publics comme problématique.

Pourquoi on en parle. Alors que la Suisse a renforcé les mesures contre la propagation de Covid-19 et que plusieurs pays font face à une recrudescence de cas, ces flyers et leurs arguments incarnent une résistance manifeste de l’infodémie sur laquelle a alerté l’OMS. Avec leur couleur rouge, leur chiffres censés indiquer qu’il n’y aura pas de seconde vague et leur graphique avec logo semblable à celui de la Confédération, ces tracts se donnent une apparence «officielle». Le site internet auquel les QR codes renvoient, «swiss propaganda research» fraîchement rebaptisé «swiss policy research» ne donne pas l’identité de ses auteurs.

Il est possible d’y voir que le site existe en 23 langues et se définit comme «projet de recherche sur la propagande géopolitique dans les médias suisses et internationaux» à travers des «faits référencés». Ce qui se traduit notamment par un usage important d’hyperliens et graphiques, mais renvoyant à des études «scientifiques» souvent controversées ou extrapolées.

L’alerte de l’OFSP. Le directeur de l’Office fédéral de la santé publique, Pascal Strupler, a rapidement dénoncé l’action via twitter:

Réaction de la task force. Interrogé par le Tages Anzeiger, le professeur Marcel Tanner, membre de la task force scientifique de la Confédération, a déploré ce type d’action qui va «à l'encontre de toute contre-mesure commune.» Il a également rappelé que la task force et l’OMS avaient confirmé l’efficacité des masques.

link

En lire plus sur le Tages Anzeiger (DE)

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi