| | News

L’impact psychologique des annulations d'événements culturels

Le 21 août, le Havre d'Investigation Culturelle à Yverdon-Les-Bains battait son plein avant d'être annulé ©-Diana-M-Photography

On ne compte plus les événements culturels annulés par les mesures pour lutter contre le coronavirus. Certains disparaissent à cause d’une quarantaine préventive ou, dans la version la plus redoutée, un cas positif est déclaré au milieu de l’édition. Hormis les conséquences économiques de ces suppressions -dont on ne perçoit aujourd’hui que la pointe de l’iceberg- il y a aussi des répercussions psychologiques pour celles et ceux qui ont consacré des mois à mettre en place ces manifestations artistiques.

Pourquoi il faut en parler. Mis à mal par la crise, les organisateurs/trices passent de la crainte de générer un cluster à la frustration de voir disparaître une partie de leur travail. Tous privilégient logiquement la responsabilité sanitaire mais ce n’est pas sans conséquences. A tête reposée, trois équipes reviennent sur le scénario des annulations «à la der».

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi