| | News

Le coronagraben des musées provoque des gestes de solidarité

Des visiteurs regardent le «Taureau dans les Alpes» d'Eugene Burnand, dans une salle de la collection permanente du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (MCBA). (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Depuis quelques semaines, la situation n’est pas la même pour les lieux culturels romands et alémaniques. Alors que tout est fermé en Romandie, les portes des musées et centres d’art des cantons germanophones (excepté Berne) sont grandes ouvertes. Même si pour l’heure aucun chiffre ne permet de confirmer la tendance, certaines institutions fonctionneraient plutôt bien pour un mois de novembre. La raison? Le tourisme culturel à l’ère du coronagraben.

Prétérités mais solidaires. Le milieu des arts visuels se montre bienveillant face aux disparités cantonales. La restauration et l'hôtellerie tirent davantage la langue avec le coronagraben. Il faut dire que les musées et centres d'art peuvent serrer les dents puisque la plupart de leurs structures bénéficient de subventions.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi